Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que dit la société sur la générationZ?
La génération Z regroupe les individus nés après 1995, issus pour la
grande majorité d’entre eux de parents de la génération X.
Différents termes émergent pour qualifier les Z. Ils sont connus sous le terme
«emos », diminutif du mot «émotion», renvoyant à la dimension
affective qui les anime.
Certains les désignent comme «i-génération»,
«digital natives» (génération Internet), «génération WTF» (Wikipédia,
Twitter, Facebook) ou encore «génération hashtag», puisque les Z sont
nés avec et ont ingéré les technologies numériques, en développant
surtout des aptitudes. Proche de la génération Y dans ses attentes, la
génération Z est également connue sous l’appellation «génération C»
(Connecter, Communiquer, Créer, Collaborer). Pour le philosophe
Vincent Cespedes, la génération Z est la «génération perle», incarnant
la passion et la quête d’héroïsme. Les Z ne se définissent plus comme
la génération de l’ostentation, comme c’était le cas pour la jeunesse
des années soixante-soixante-dix. D’autres enfin préfèrent parler de
"génération alpha", renvoyant à un nouvel alphabet, pour souligner le
nouveau paradigme de cette génération qui se caractérise par un nouveau
rapport à la connaissance. La génération Z est bien une génération
à part entière qui s’élabore en opposition aux autres générations : les
baby-boomers, les X, mais aussi les Y.
La génération Z : une génération complexe
Aujourd’hui, chacun essaie tant bien que mal d’étiqueter les Z en apportant
des idées préconçues et généralement faussées. Les Z sont souvent
qualifiés de zappeurs, de rebelles, d’hyper-connectés, d’impatients, en
quête de plaisir… Il importe pour les managers de décrypter les spécificités
des comportements propres aux Z d’aujourd’hui afin de dépasser les
stéréotypes. Ce qui caractérise réellement la générationZ, c’est qu’il s’agit
d’une génération dont les sources d’aspiration peuvent sembler contradictoires
à première vue. Il est donc important de garder un sens critique
et de ne pas faire une généralité de ce qu’on peut lire sur la nouvelle génération Z.
Les Z se définissent selon des couples contradictoires immuables
que l’on retrouve chez les Y, comme :
• La quête de liberté vs la quête sociale.
Le fait d’être rebelle vs la quête identitaire.
Le désinvestissement vs l’engagement…
Les Z se définissent aussi et surtout par des couples nouveaux spécifiques
à cette nouvelle génération, qui évoluent en permanence : connaisseur
vs compétent, zappeur vs fidèle, virtuel vs authentique… Les Z sont au
cœur d’un nouveau rapport à la compétence et au savoir, d’un nouveau
rapport à la fidélité, non plus absolue mais choisie, et d’un nouveau rapport
au lien social, combinant le virtuel et le physique.
La nouvelle génération Z est porteuse d’une révolution à l’intérieur même
de la société de consommation. La consommation est aujourd’hui un terrain
privilégié pour que les jeunes expérimentent toutes ces sources d’aspirations
contradictoires : l’importance du lien réel face à la digitalisation ;
l’importance d’une nouvelle forme de fidélité plus sociale et collaborative
face aux comportements de zapping; l’importance de reconnaître le statut
de co-créateur duZ face au statut de l’enfant que l’on cherche à protéger…
 
Extrait de Génération Z -
Élodie GENTINA
Marie-Ève DELECLUSE
Edition DUNOD
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :